Vous êtes ici

Du côté du Portugal

Auteur : Giraud, Brigitte
Editeur : Stock
Publié : 2015
Type de document : Texte
Cote : r gir nou
Résumé : Les nuits où je ne dormais pas, j'ouvrais le velux et je m'installais sur le toit, j'étais le seul dans la cité à jouir de ce privilège, passer la nuit à la belle étoile, dans le plus grand secret. Le ciel était-il le même ici qu'au Portugal, les constellations étaient-elles visibles depuis la lucarne de la prison de Peniche où mon père avait été enfermé ? En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s'installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrié d'Algérie, avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l'adolescent, Olivio se lie à Ahmed, un immigré algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort.

Agréable moment de lecture que celui procuré par le roman de Brigitte Giraud Nous serons des héros. Roman d’éducation qui nous parle du Portugal et des Portugais arrivés en France pendant la dictature quelque temps avant la Révolution des Œillets. Nous suivons le destin d’Olivio, fils d’un père opposant au régime de Salazar et qui doit fuir le Portugal avec sa mère. Sa mère et lui doivent s’adapter en France, en apprendre la langue, trouver un travail pour elle, s’intégrer à l’école pour lui. Et puis il faut accepter Max – un autre exilé, rapatrié d’Algérie, lui - que sa mère épousera. Max est souvent de parti pris et il a des idées toutes faites. Il se sent supérieur parce, pour son métier, il escalade les pylônes électriques.  Olivio, pour lui prouver un attachement possible, aurait bien voulu l’accompagner dans une ascension  mais jamais l’occasion ne se présentera…  Sa mère est plus délicate, légère et patiente mais soumise à Max. Olivio est un enfant sensible qui cherche de l’amour. Il s’attache à Oceano, son chat et à Ahmed, son meilleur ami, et tous deux mettent un peu de joie dans une enfance pleine de limites. La liberté, il la trouve dans le velux de sa chambre ! Le retour au Portugal en 1974 n’aura pas l’effet escompté mais il fera là-bas une découverte essentielle pour sa construction personnelle. C.G.