Vous êtes ici

Le dernier témoignage d'un grand écologiste

Auteur : Keyrouz, Marie
Editeur : Le Cherche Midi
Publié : 2015
Type de document : Texte
Cote : 248 pel man
Résumé : «La beauté sauvera le monde». Des générations entières de poètes et de philosophes ont médité ces mots de Dostoïevski. Ce livre explore, de manière plurielle, cette valeur essentielle pour toutes les cultures de l'humanité. Deux grandes approches sont privilégiées, qui se rapportent aux parcours et à l'identité des deux auteurs. Avec Jean-Marie Pelt, la beauté se découvre au détour de la science, de l'écologie, d'une quête de sens qui se fait souvent, chez lui, contemplation de la nature. Ici, la beauté voisine avec l'esthétique des paysages, des règnes naturels, du cosmos. Elle peut être tendre, sublime, inquiétante. Avec Soeur Marie Keyrouz, la beauté se révèle grâce à un art sacré, celui du chant, de la parole psalmodiée. Mais, comme pour Jean-Marie Pelt, l'esthétique n'a pas le dernier mot. Pour notre religieuse, la beauté est intimement liée à la spiritualité et à l'éthique. On peut même dire que cette spiritualité du beau est socialement engagée, en particulier à travers l'aide à l'enfance meurtrie dans les pays en guerre. Le beau est inséparable du vrai et du bien. C'est donc à travers la démarche artistique, l'action humanitaire, la recherche scientifique, la vie spirituelle et le travail citoyen, que Jean-Marie Pelt et Soeur Marie Keyrouz nous livrent leurs leçons et leurs expériences personnelles de beauté. Des témoignages d'une grande sensibilité. Un ouvrage qui se veut source d'inspiration et de ressourcement. Des pages à hauteur d'âme.

Jean Marie Pelt a quitté la terre qu'il a défendue, protégée et louée de toute son ardeur d'écologiste, de sa science de botaniste et de sa spiritualité.

Proche de Robert Schuman qu'il considérait comme un modèle de vie, Jean-Marie Pelt était un européen convaincu. Ecologiste dès 1964, il a créé en 1971, à Metz, l'Institut européen d'écologie pour associer réalité urbaine et besoin de nature. Sa participation à l'émission CO2 mon amour de Denis Cheissoux sur France Inter a contribué a faire connaître au grand public sa voix et ses convictions.

Nous avons eu la chance de recevoir Jean-Marie Pelt à Mortagne dans le cadre d'un Printemps littéraire pour une conférence à la salle des fêtes. Nous gardons le souvenir d'un homme à la fois savant et joyeux, d'une grande simplicité.

Dans ce livre Manifeste pour la beauté du monde alternent souvenirs, expériences et rappels des grands textes de Hildegarde Bingen, Thoreau,  Monod, Pierre Rahbi et bien d'autres. Le tout réuni par Nathalie Calmé.
Une deuxième partie est consacrée à Soeur Marie Keyrouz, grande voix du chant sacré.

"Il me semble, écrit Jean-Marie Pelt, qu'une éducation écologique, ce qu'on appelle l'éducation à l'environnement, devrait, d'abord, se manifester auprès des enfants, et cela afin d'essayer d'enrayer la technologisation de leur jeune existence. Ils sont très coupés de la nature, [...] et passent une grande partie de leur temps dans les mondes virtuels en manipulant des appareils de plus en plus petits et sophistiqués. Si un jeune n'a pas dans la main un téléphone portable, s'il n'a pas dans les oreilles des écouteurs ou si ses yeux ne sont pas braqués sur un écran, il se sent perdu, il ne survit pas. C'est cela la culture d'aujourd'hui ; une culture qui est, d'ailleurs promue par le système marchand qui domine, une culture qui se développe sans aucun esprit critique."