Vous êtes ici

Ellis à contre-courant

Auteur : Ellis, Bret Easton
Editeur : Robert Laffont
Publié : 2019
Type de document : Texte
Cote : 970.05 ell white
Résumé : Que raconte White, première expérience de " non-fiction " pour Bret Easton Ellis ? Tout et rien. " Tout dire sur rien et ne rien dire surtout " pourrait être la formule impossible, à la Warhol, susceptible de condenser ce livre, d'en exprimer les contradictions, d'en camoufler les intentions. White est aussi ironique que Moins que zéro, aussi glaçant qu'American Psycho, aussi menaçant que Glamorama, aussi labyrinthique que Lunar Park, aussi implacable que Suite(s) impériale(s). Loin des clichés toujours mieux partagés, plus masqué que jamais, Bret Easton Ellis poursuit son analyse décapante des États-Unis d'Amérique, d'une façon, comme il le dit lui-même, " ludique et provocatrice, réelle et fausse, facile à lire et difficile à déchiffrer, et, chose tout à fait importante, à ne pas prendre trop au sérieux ". Que raconte White en ayant l'air à la fois de toucher à tout et de ne rien dire ? Peut-être que le fil à suivre est celui du curieux destin d'American Psycho, roman d'horreur en 1991 métamorphosé en comédie musicale à Broadway vingt-cinq ans plus tard. Ellis a dit autrefois : " Patrick Bateman, c'est moi. " Il ne le dit plus. Et si Patrick Bateman était devenu président ? P.G.

La littérature de Bret Easton Ellis semble toujours motivée par un besoin de manifester un sentiment de différence par rapport à une tendance prédominante estimée comme superficielle et hypocrite.  Autant que ses romans, et notamment le plus emblématique d'entre eux, American Psycho, son nouveau livre, White, qui est plutôt un essai rédigé par un libre-penseur qui semble assumer de rester avant tout un romancier, dessine un point de vue sans concession mais non sans humour et distanciation sur l'Amérique contemporaine, et donc par extension sur notre société actuelle et sa transformation depuis les cinquante dernières années. 

Dans ce texte, l'auteur se livre dans un style mêlant ironie et authenticité, sans se dissimuler désormais derrière les personnages réccurents des de ses romans. Il raconte de façon émouvante son enfance à Los Angeles, son éducation nourrie de cinéma des années 70 et il pointe les dérives d'un monde guidée par les réseaux sociaux qui engendrent conformisme et manque de singularité de pensée.

Bret Easton Ellis provoque lorsqu'il se positionne à contre-courant de tous les anti-Trump et de la bien-pensance, mais il revendique ses opinions d'homme libre, et surtout la capacité à revenir après plusieurs années d'interruption et de doute à la littérature pour les exprimer dans une verve réjouissante.

Guy Desbouillons - juin 2019