Vous êtes ici

Lake Tahoe

Auteur : Eimbcke, Fernando
Editeur : Tf1 Video
Publié : 2008
Type de document : Vidéo et document projeté
Cote : ved-hi lak
Résumé : Cherchant à échapper à l'atmosphère d'affliction qui règne chez lui, Juan, un garçon de 16 ans, accidente la voiture familiale. Alors qu'il tente de la réparer, il rencontre Don Heber, un mécanicien dont le seul compagnon est Sica, un chien boxer ; Lucia, une jeune mère qui veut aller à un concert de rock ; et David, un jeune mécanicien obsédé par les arts martiaux. Les univers absurdes et déconcertants de ces personnages entraînent Juan dans le périple d'une journée, durant laquelle il finira par accepter un événement aussi naturel et inexplicable que la mort. (78 minutes).

Le cinéaste mexicain Fernando Eimbcke propose un film à contre-courant de ce que l'on peut voir habituellement au cinéma. L'argument initial est on ne peut plus simple : un jeune homme qui a embouti sa voiture (on ne sait comment tellement le trafic routier est inexistant) cherche un garagiste pour réparer cette dernière. Le style utilisé est singulier : de longs plans fixes ponctués la plupart du temps par des fondus au noir. On est alors accompagné dans une ambiance où la léthargie et l'absurde laissent progressivement de la place à la douce inquiétude et à la discrète mélancolie de Juan. Et le film se révèle comme un délicat parcours initiatique de l'adolescence à l'âge adulte. Chaque étape de ce parcours, chacun des personnages rencontrés, contribue à la guérison de ce jeune héros, dont la panne de voiture est le symbole de la blessure qu'il porte, et qui nous est dévoilée que tardivement. Un film parfaitement maîtrisé, très beau visuellement, et à la trame narrative finalement subtilement construite. Lake Tahoe, annoncé dans le titre et situé plus au Nord, aux Etats-Unis, n'apparait en fait que sous la forme d'un autocollant sur la voiture et fait l'objet d'un bref échange entre Juan et son frère. Il semble représenter un havre de paix idéalisé...

 

Guy Desbouillons