Vous êtes ici

Repose-toi sur moi

Auteur : Joncour, Serge
Editeur : Flammarion
Type de document : Texte
Cote : r jon rep
Résumé : Aurore est une styliste reconnue et Ludovic un agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils n'ont rien en commun si ce n'est un curieux problème : des corbeaux ont élu domicile dans la cour de leur immeuble parisien. Elle en a une peur bleue, alors que son inflammable voisin saurait, lui, comment s'en débarrasser. Pour cette jeune femme, qui tout à la fois l'intimide et le rebute, il va les tuer. Ce premier pas les conduira sur un chemin périlleux qui, de la complicité à l'égarement amoureux, les éloignera peu à peu de leur raisonnable quotidien.Dans ce grand roman de l'amour et du désordre, Serge Joncour porte loin son regard : en faisant entrer en collision le monde contemporain et l'univers intime, il met en scène nos aspirations contraires, la ville et la campagne, la solidarité et l'égoïsme, dans un contexte de dérèglement général de la société où, finalement, aimer semble être la dernière façon de résister.

Très bon roman de la rentrée qui embarque le lecteur pendant 426 pages sans faiblesses.

La vie provoque des surprises et des rencontres inattendues. Le dernier roman de Serge Joncour le confirme et fait se rencontrer des personnages et des mondes plutôt juxtaposés : le Paris des beaux quartiers et de la réussite et celui de la grisaille et des invisibles ; la sagesse du monde de la terre et l'instabilité de la ville.

Comme le titre, Repose-toi sur moi, y invite : l’intrigue s’installe et se passe en douceur et en bonheur entre Ludovic et Aurore. Une quiétude susceptible de consoler le lecteur de l’actualité politique et sociale déprimante et de l’entraîner dans une histoire aux angles arrondis.  Ludovic voit se lever dans sa vie et son appartement rétrécis une « Aurore » lumineuse. Ce colosse nous convainc qu’il va porter le monde à la place de ceux qui sont dépassés et fatigués… Il change même les corbeaux en tourterelles !...  

Mais le narrateur nous attend au coin du chapitre et petit à petit, avec grande maîtrise, les personnages glissent du rail convenu en d’inquiétants pas de côtés, troublant ainsi l’univers feutré et bien calibré des premiers chapitres. Une carabine dans le coffre de la voiture, un étang aux eaux gelées, un comptable véreux… Tout peut arriver !... C.G.